Concerts

Newsletter CCV

 


Richard GuerineauRichard Guerineau : Avant l'enfer

La raison de votre choix ? Avant de réaliser cette illustration, je me suis repassé tous les albums de Dominique A. J’ai redécouvert « Remué » que j’avais peu écouté à l’époque où je l’avais acheté, parce que plus sombre, plus austère que les autres. C’est le seul album où la lecture des textes a immédiatement fait surgir des images dans mon esprit, ce qui est rare lorsque j’écoute de la musique (la seule exception étant les chansons de Nick Cave).J’aurais pu choisir n’importe quel morceau du disque, mais « avant l’enfer » m’a séduit par son titre, avec ce « avant » qui change tout.
Quel lien peut-on faire entre votre travail et celui de Dominique A ? A priori, aucun. Nous sommes aux antipodes, mais c’est ce qui rend l’exercice intéressant.
Quelle est votre couverture préférée de sa discographie et pour quelle raison ?
Les couvertures que je préfère sont celles de « Remué » et de « L’horizon » parce que l’image de l’artiste en est absente, sa représentation réduite à un nom lui-même tronqué, comme s’il s’effaçait devant un paysage universel, mais relevant néanmoins d’une géographie singulière.
Si vous l'avez déjà vu en live, racontez nous votre premier concert de Dominique A.
Je l’ai vu à Nantes, au début des années 90, lors de la manifestation « les quarts d’heure de spectacles dans le Lieu Unique » : 15 minutes de concert en solo, au milieu de performances, d’installations, de prestations théâtrales dans les locaux de l’ancienne biscuiterie LU. 
Un Souvenir Unique.
Présentation de votre travail (actu, sorties, projets, etc) ? Parallèlement au « chant des stryges », je termine actuellement un western intitulé « un duel », coréalisé avec mon camarade Henri Meunier.

Thierry MuratThierry Murat : La Pleureuse
La raison de votre choix ? Je n'ai pas choisi "La pleureuse"... Je suis arrivé tardivement sur ce projet et Loïc Dauvillier des éditions Charrette m'a proposé cette chanson qui était encore disponible. Mais je crois sincèrement que j'aurais choisi celle-ci de toute façon. Et puis, Loïc me connaît bien, peut-être me l'avait-il mise de côté... Mystère des hasards. Je me souviens très bien de la première écoute de cette chanson. C'était sur France Inter à l'époque de la sortie de l'album "L'horizon". J'étais en voiture, et je me suis arrêté sur le bas côté pour écouter. J'aime bien l'idée de crier haut et fort comme ça qu'on aime les trucs tristes. C'est presque drôle, du coup. En tout cas, c'est courageux voir même héroïque en ces temps de bonheur obligatoire. J'ai souvent eu envie de dire ce genre de choses à des copains qui écoutent de la musique ou lisent des livres uniquement pour se divertir... Je crois que beaucoup de gens confondent le pathos et le spleen. Le spleen, c'est la classe !
Quel lien peut-on faire entre votre travail et celui de Dominique A ? J'ai parfois entendu les qualifiquatifs ; froid, austère, minimaliste, répétitif, à l'égard de la musique de Dominique A. J'ai quelquefois le même genre de retours sur mes images... Et même lorsque ces commentaires viennent d'un public moyennement convaincu, je prend toujours ces qualificatifs comme des compliments (et en plus, ça m'arrange). Froid, austère, minimaliste, répétitif...
C'est là-dessus que je travaille, moi aussi. Ce sont mes outils. Ma vision de l'esthétique... Le talent de Dominique A est d'avoir su fédérer un public autour d'une oeuvre exigente que l'on peut qualifier de "pas facile d'accès". Et là, je dis chapeau !
Quelle est votre couverture préférée de sa discographie et pour quelle raison ?
Sans hésiter et pour les mêmes raisons que la question précédente : la couverture de l'album "Remué" ! C'est tout ce que j'aime. C'est à la fois graphique, plastique, photographique... Y'a même de la grosse trame... J'adore, ça me fait un peu penser au travail de Stanley Donwood qui signe les pochettes de Radiohead. Et puis, pour des raisons plus affectives, c'est mon disque préféré de Dominique A.
Si vous l'avez déjà vu en live, racontez nous votre premier concert de Dominique A.
Le première fois, c'était sur la tournée de Françoiz Breut (pour son deuxième album). Dominique A faisait partie des musiciens qui l'accompagnaient. J'avais beaucoup aimé le son de ce concert. C'est un souvenir très fort. Il était un peu en retrait. Discret, mais terriblement efficace.
Présentation de votre travail (actu, sorties, projets, etc) ? Je travaille en ce moment sur une bande dessinée à paraître en 2008 dans la collection Mirages de chez Delcourt, sur un scénario d'Arnaud Floc'h. C'est l'histoire de deux frères, à la fin des année 70 vivant en rupture sociale dans un blockhaus désafecté accroché à une falaise. Un sorte de squat ou s'entrepose le butin de leurs cambriolages. C'est une histoire de déchéance, de drogue, et aussi et surtout d'amour fraternel... Pour que ne citer que deux autres ouvrages déjà parus :
"Elle ne pleure pas elle chante", collection Mirages, Delcourt, 2005
"Woody Guthrie", collection BD Music, Nocturne, 2006
Pour en savoir un peu plus : http://thierrymurat.hautetfort.com
Double actualité en 2018 pour Dominique A avec la sortie le 9 mars de Toute Latitude (enregistré en groupe), suivi… https://t.co/yDLXhmjieX
1hreplyretweetfavorite
RT @sochaux_lapin: Billets déjà pris pour 2018 : A pour Dominique A, B pour @bellesglasgow et @phoebe_bridgers 😀 https://t.co/UdScfgKvaU
RT @BELMONTBOOKINGS: On April 15th @MrAdrianCrowley is opening a special sold out show of Dominique A. @CCertainsVivent at magnifique Cité…
© 2017 - Comment Certains Vivent