Concerts

Newsletter CCV

 

Rapport d'inactivité #8

Monsieur jean arpente le pavé bruxellois sur un mur, je le vois de ma fenêtre, au bout de ma rue, c'est bien lui, le Jean de Dupuy et Berberian; depuis des mois, je longe la grande façade où il est dessiné, comme nombre de héros de bandes dessinées ici "ils " ont décidé de donner un peu de couleurs à cette ville massacrée, et je ne l'avais même pas reconnu, mû que j'étais par diverses tâches accaparantes (courses, administration, dévalisage de librairies d'occasion…), insensible à la beauté du monde. Laquelle se manifeste aujourd'hui, outre la présence de Monsieur Jean en équilibre sur son mur, par un ciel bleu immaculé, vierge de tout cirro stratus, cummulo nimbus, l'azur.

C'est, transition, le titre, "L'Azur", d'un roman d'un vieux de la vieille, André Dhôtel, réédité chez Folio, de 35 ans d'âge, lui aussi, et dont la langue simple mais aux agencements originaux créent de bienheureux effets de distorsion, rendent la réalité fuyante. C'est, au fin fonds de la Champagne, autour d'un village, l'histoire d'une chimère, ou peut être pas, l'apparition répétée sur des décennies d'une femme dont la beauté irréelle hante tous les hommes qui la voient, si tant est qu'ils voient quelque chose. Sur des générations, leur histoire et leurs relations sont intimement liées à cette prétendue apparition, et la campagne alentour laissée en friche, n'est que l'exact reflet de leur existence, des secrets qui les tiennent, de leur silence. Un étranger arrive, qui veut tout défricher, tout tirer au clair, il ne parviendra qu'à se lier à eux de façon irrémédiable, apporter sa contribution au mystère. Ode à l'imprévu, à la fameuse imprudence, très beau livre. 

Je vous avais touché deux mots de Robert Walser, il y a peu, vous recommandant son classique "Institut Benjamenta". Du même, je vous conseille maintenant ses épatants microgrammes, textes écrits dans les années 20, d'un jet, sur des brouillons miraculeusement sauvé des eaux et du feu, et en partie regroupés dans "Le Territoire du Crayon" (éd. Zoe). On peut entre autre y lire ceci : "Notre époque hâtive, fébrile, accorde beaucoup trop de considération à ce qui est passé, et nous nous imaginons tous beaucoup trop vivement et trop rapidement que nous n'avons pas grand chose à offrir (…). Comment l'esprit, la vie sociale, pourraient-ils s'épanouir entre nous si nous opposons à notre talent, à nos forces, à notre goût etc… une telle quantité de méfiance ?" et plus loin, plus spécifiquement sur les détracteurs des productions artistiques contemporaines : "ils perçoivent toujours ce qui est loin d'eux comme bien plus beau, bien plus précieux, que ce qui leur est proche (…). Tous ces gens si extraordinairement lettrés sont entièrement dépourvus d'un rapport heureux au quotidien, ils sont absents, en un sens, ils vivent dans une rêverie continuelle, ils expriment des choses peut être très vraies, très justes, mais qui, loin de leur servir à quoi que ce soit, ni à eux ni aux autres, leur nuisent au contraire, essentiellement à eux et à notre temps (…). Ce sont des gens qui ne croient pas en eux même, qui ne découvrent la valeur d'une chose que dans la mesure où elle se tient le plus possible d'eux même, qui se considèrent comme trop distingués pour faire preuve de tolérance à leur propre endroit, qui se moqueraient d'un Mozart s'il avait le malheur de ne pas avoir rendu l'âme depuis longtemps, qui prennent toujours en considération tous les pays et tous les temps, et qui, par sentimentalité, redoutent toute sentimentalité, qui à force de goût n'en ont presque plus, qui aspirent à être traités sans façon, que leur savoir exaspère, qui ne savent que faire de leur supériorité, au fond dont ils ont honte (…) et qui, avec leurs qualités totalement pulvérisés, ont en vérité réduit le grand monde qu'ils semblent constituer à un monde infiniment mesquin, timoré, inintéressant, prosaïque".

Double actualité en 2018 pour Dominique A avec la sortie le 9 mars de Toute Latitude (enregistré en groupe), suivi… https://t.co/yDLXhmjieX
RT @sochaux_lapin: Billets déjà pris pour 2018 : A pour Dominique A, B pour @bellesglasgow et @phoebe_bridgers 😀 https://t.co/UdScfgKvaU
RT @BELMONTBOOKINGS: On April 15th @MrAdrianCrowley is opening a special sold out show of Dominique A. @CCertainsVivent at magnifique Cité…
© 2017 - Comment Certains Vivent