Concerts

Newsletter CCV

 

Dominique A - INTW - Ramonville Saint Agne

Christophe Miossec est passé il y a 15 jours se lamentait de ne pas avoir joué au Bikini qui est un peu la salle référence de Toulouse, qui est endommagée à cause de l'explosion. Est-ce que toi tu lis des sentiments au fil des tournées avec des salles des villes particulières ou est-ce quand tu sais que tu vas dans un endroit tu arrives avec un certain état d'esprit ou est-ce que tu fais table rase des anciennes dates ?
Non tu fais pas table rase, parce quand tu tournes dans l'hexagone t'as quand même des repères. Y'a pas mal de salles en France, mais quand tu tournes beaucoup, pas tant que ça en fait. Enfin y'en a beaucoup de salles de toute façon, mais y'a des points de chute comme le Bikini et tout… Là en particulier à Toulouse, c'est lié à la personnalité d'Hervé (cf. Hervé Sansoneto du Bikini). Ca fait parti des gens en France que t'es content de voir quoi dans les salles. Après des lieux que j'adore, y'en a 2 - 3, y'a type La lune des pirates à Amiens que je trouve un lieu vraiment magique, j'aime beaucoup le Vauban à Brest.

Est-ce que c'est lié au cadre ? Bon je sais que t'aimes bien les salles en pleine ville, bon ici c'est raté pour le coup (cf. la salle est située dans un parc technologique…).
C'est souvent raté de toute façon.

Y'a aussi par rapport aux gens. Bon les Brestois ont une personnalité assez particulière paraît-il.
Ben c'est un ensemble de choses, mais je dirais que je suis très sensible au cadre, presque plus que… bon après les histoires de public, tout ça, je me méfie des généralités parce que tu vois j'ai longtemps dit que le public lyonnais par exemple était super bizarre, l'autre fois c'était juste super, les gens étaient à la fois hyper attentifs et à la fois hyper réactifs donc ça s'est l'idéal. Dans le Nord je disais toujours ouais le public est hyper chaud, et quand on a fait la tournée Remué, les gens étaient super froids tu vois. Donc je me méfie un petit peu des généralités maintenant ; maintenant ce à quoi je suis le plus sensible c'est au cadre, souvent, c'est ce qui se dégage des murs ou qui fait que ça influe sur mon état d'esprit avant de monter sur scène. Et donc y'a le Vauban, y'a la Lune des pirates, y'a… euh… j'aime beaucoup la Laiterie de Strasbourg - le dernier passage me disait qu'il faudrait qu'il cleane un peu parce qu'elle commence à avoir vécu, mais c'est une bonne salle. Qu'est-ce qu'il y a comme salle autrement ? C'est les trois qui me viennent à l'esprit. Je sais qu'il y en a une autre mais je ne l'ai pas en tête.

T'en es à cinq albums studios, dès le départ t'as eu un public qui t'as suivi, même une critique spécialisée ; avec La mémoire neuve et Le twenty-two barce public s'est agrandi. Qu'en est-il maintenant, est-ce que ce public vieillit avec toi, ou est-ce qu'il mue par rapport aux albums.
J'ai l'impression en fait que des gens me suivent ouais. C'est difficile à dire là-aussi parce que j'entretiens pas vraiment de rapports avec. Avant à l'époque de La fossette je recevais vachement de lettres, mais y'avait pas le net et tout. Je recevais beaucoup de lettres, je répondait à quasiment tout le monde. Maintenant je reçois plus des disques que des lettres, des disques que souvent j'écoute pas parce que la journée est courte et que je préfère écouter les disques que j'achète. Et puis je réponds pas parce que j'ai pas envie de jouer le directeur artistique. Je réponds quand il m'arrive d'en écouter et que je trouve ça vraiment bien, je me manifeste mais souvent le problème c'est que je les écoute un an et demi après donc c'est peu tard.

Soit le gars a abandonné soit il a percé.
Oui voilà. Donc je sais pas qui m'écoute aujourd'hui. J'ai l'impression qu'il y a dans les gens qui viennent me parler après les concerts, c'est souvent des… vieux fans, c'est pas le mot, mais c'est des gens qui me suivent. L'époque du twenty-two bar est très particulière par ce qu'à ce moment-là ça s'est élargi qui venait et qui sont partis après avec Remué.

T'as toujours du mal à assumer qu'un public te suive de près ? Je sais que t'avais du mal à comprendre que des gens puissent - bon le mot est un peu fort - t'idolâtrer alors que toi envers d'autres artistes justement tu te comportes comme cela.
Oui disons j'avais du mal, je le conservais mais c'est vrai que j'avais du mal à le vivre. C'est à la fois paradoxal, parce quand tu fais ça aussi y'a une part de ça, tu veux vraiment te faire remarquer, si tu entends dire que des gens te vénèrent, t'es heureux, mais si tu les rencontrent t'es mal, c'est là le paradoxe ; enfin c'est pas un paradoxe, c'est juste normal. Dans l'idée c'est séduisant, dans la réalité c'est glaçant. Parce que c'est une hyper projection de trucs fantasmatiques et toi tu te sens vraiment pas à la hauteur du tout.

Y'a un décalage.
Oui qui n'est pas agréable. Bon alors maintenant ça va. Bon déjà je remercie les gens d'être assez discrets, je rencontre rarement des emmerdeurs. Ca m'arrive rarement d'envoyer chier des gens. Ça m'arrive, maintenant. Je le faisais pas avant mais maintenant ça m'arrive parce que la vie est courte, comme je disais plutôt.

Je sais pas si on peut appeler ça le syndrome du Twenty-two bar dans lequel t'as un peu peur de replonger non ?
Oui et non, parce que là tu vois on y va à pieds joints, on va sortir Les enfants du Pirée en single, donc c'est un peu le Twenty-two bar bis. En fait c'est une version qui a été retravaillé par… moi j'aime pas trop son groupe, le type de Eiffel, Romain, mais qui est très très bon arrangeur. Et là il a arrangé le titre et c'est vraiment pas mal. Donc je pense que ce sera diffusé à la radio d'ici fin mai ou juin. Le truc c'est de peut-être sortir un maxi dans le commerce avec cette version-là et puis des inédits, bon trois inédits, Empty white blues en concert sans doute là les gens commencent à me le demander et puis deux trucs qui sont parus vraiment nulle part qui sont… enfin j'aimerais bien, je sais pas ce qu'on va faire exactement, mais j'aimerais bien mettre un titre de la session de New-York de 98 que j'aime bien et un titre de la session de La mémoire neuve que j'aime bien aussi. Faire un espèce de maxi un peu éclaté comme ça, mais avec des vrais inédits, des vrais trucs. Donc faire en sorte que les gens qui aiment bien cette version puissent l'acheter, se la procurer avec des choses, parce qu'inévitablement les gens qui vont venir au disque par ce biais-là… y'aura un cd sans doute un titre inclus, tu vois, pour que les gens qui entendent la chanson et qui ont envie de se la procurer ne soient pas déçus par rapport à la version de l'album ; donc c'est une espèce de salmigondis de trucs un peu chiant liés au remix, enfin c'est même pas un remix. C'est toujours un peu pénible ce genre d'histoire, mais il faut que l'on s'en tire bien.

Ça se calcule.
Oui ça se calcule. Comme y'a eu beaucoup ce truc là, qui existe encore, de… genre on sort un album, et puis des mois après on ressort le même avec des inédits, faut faire très gaffe quoi. Enfin moi, je suis super hostile à ça. Maintenant l'idée que quelqu'un entende une chanson à la radio et puisse pas la réécouter ça me fait chier aussi, donc va falloir qu'on trouve un truc bien pour que ça soit propre. Donc y'a ça, donc le phénomène de Twenty-two bar bis, bon il ne se reproduira pas je pense parce que c'est pas aussi… mais bon c'est vrai que là aussi c'est aussi une chanson à caractère un peu désuet, qui est un peu à part je trouve. C'est assez marrant parce que moi, à la fois, je ne me sens pas très à l'aise par rapport à ces morceaux-là, pour en écrire pas mal ou pour même en interpréter, mais c'est souvent ceux sur lesquels le plus large public s'arrête. Donc c'est assez rigolo de… Aujourd'hui je me sens plus… j'étais différent en 95, j'étais vraiment remonté, et puis j'étais très craintif, j'étais vraiment fermé sur moi-même, sur ma petite histoire. Je crois qu'humainement j'ai un peu évolué, et que si un truc devait se produire où ça débordait du public…, je pourrais je pense mieux le vivre. Mais je dis ça avec des pincettes parce que…

Ca change vite.
Ouais. Et puis je sais que je suis très changeant vis à vis de ça et que je pense toujours que le succès c'est toujours un truc… je sais pas dans quelle mesure c'est souhaitable. Quand je vois le succès de Yann, de Yann Tiersen, lui c'est nickel parce que lui en fait, les gens ne le connaissent pas, tu vois. Je lui disais " mais ça va devenir assez infernal pour toi ? ". Il dit : " non les gens ne me connaissent pas." Tandis que moi, y'a des gens qui n'achètent pas mes disques mais qui me reconnaissent. L'image est plus… A partir du moment où le regard qu'ont les gens sur toi passe uniquement par l'image, c'est là où c'est problématique en fait, et où ça peut devenir n'importe quoi et où moi je ne me sens pas forcément armé pour affronter un large succès. De toute façon, je ne pense pas que ça arrivera cette année, donc ça va.

On va parler un peu du site, enfin de l'arlésienne pour l'instant parce que c'est vrai que…
On peut l'appeler comme ça oui, "arlésienne.com" (rires).

Non mais c'est vrai que Labels l'annonce depuis un moment, ton cd est paru avec l'adresse dessus.
Oui c'est ça qui est le plus guignol.

Il devait y avoir pas mal de gens qui devaient être un peu frustrés de ne pas tomber dessus…
Bon moi, euh… sincèrement…

Je sais que bon, tu n'es pas trop branché…
Oh ben j'ai rien, j'ai rien tu vois. Parce que…

T'as pas le temps, tu te sens pas trop concerné ?
Si j'avais d'avantage de temps, peut-être que ça me viendrait à l'idée. Mais le fait est que, par rapport à internet, c'est vrai que j'ai pas vraiment le temps. Enfin bon on peut prendre du temps pour consulter… j'ai même pas de truc email tu vois, j'ai rien, ça c'est un peu con, c'est un peu couillon parce que ça me permettrait d'être en contact avec des gens, mais en même temps j'en ressens pas un besoin absolument urgent et je dirais par rapport au fait d'aller sur le net piocher des trucs, des trucs comme ça… pfff, je préfère bouquiner quoi, ou écouter des disques. Sincèrement. Le peu de temps de libre que j'ai, je préfère faire ça.

Tu sais à peu près ce qu'on va y retrouver sur ce site pour l'instant ?
Ben en fait, l'idée un peu, c'était que ça fasse un peu double emploi avec vous en fait, c'est-à-dire un forum à la fois, toute une série d'informations, le truc aussi que je voulais faire… j'ai toujours une idée de coffret qui regrouperait à la fois des enregistrements live et puis toute une série d'inédits dispatchés sur les premiers maxis, les machins, des trucs qui datent aussi de New-York par exemple qui n'ont jamais été diffusés, y'a quand même cinq morceaux qui figurent nulle part dont trois que j'aime vraiment bien de New-York, et plus y'a des maquettes aussi que j'ai retrouvées là, que je trouve vraiment bien. Donc l'idée, ce serait de faire un jour, alors je sais pas quand, un truc par rapport à ça. On a enregistré beaucoup de concerts de la tournée solo, là on a enregistré des concerts en groupe… pas faire un album live mais de faire une espèce de salmigondis de trucs avec des lives, des inédits, des machins…

T'avais parlé d'un double voire d'un triple album…
Voilà oui c'est ça. Et ça bon, j'ai toujours ça en tête. Le truc par rapport au site, c'était de balancer chaque mois un inédits ou un vieux truc, genre les morceaux parus sur les maxis y'avait longtemps, et puis un extrait live. Alors avec un extrait téléchargeable, les inédits… un truc live, chaque mois, de balancer deux trucs en fait, un truc live non chargeable. Ça devait être mensuel, et puis à la fin, dans mon idée ça devait être compilé et mis dans le commerce en fait. Y'avait aussi cette idée… j'avais commencé à écrire vachement de textes quand l'idée du site a été décidé, des textes sur n'importe quoi sur des trucs qui me passaient par la tête, des réactions par rapport à des choses. Le problème c'est que tous ces textes que j'ai écrit, maintenant ils commencent à dater, et donc là aujourd'hui j'écris plus du tout.

Faire une espèce de carnet de route en fait ?
Voilà oui un petit peu, faire des réflexions sur ci ou ça, ça parlait de… je sais pas, je sais plus d'ailleurs, des réactions par rapport à des trucs que je lisais ou que j'entendais. Donc l'idée, c'était ça, d'avoir un contact assez direct avec des gens et puis de répondre aussi aux questions des gens, d'être mis au parfum de tout se qui se passait sur le site régulièrement. Maintenant c'est vrai qu'avec la tournée et tout, le site ne se concrétisant pas, moi avec la tournée, d'autres trucs en tête, de l'huile sur le feu, et bon je suis ça de loin maintenant. De loin oui. On verra. Ils sont apparemment dessus, mais je sais pas ce qu'ils attendent.

Tu disais il y a quelque temps que tu courrais après un album parfait presque, t'essayais d'avoir la chanson parfaite, l'album parfait, maintenant j'ai l'impression que tu t'es ravisé et que tu t'inscris plus dans la durée justement. Ça dit être un changement important pour l'écriture ça en fait non ?
Non non pas tellement, c'est plutôt l'état d'esprit de ce fait-là qui est plus… j'ai l'impression que.. c'est un peu aussi un regard que je porte sur ce que j'ai fait puisque je m'aperçois qu'au bout d'un moment rien de ce que j'ai fait ne me satisfait pleinement - c'est juste normal (bis) parce que sinon je crois que c'est la fin des haricots - mais c'est quand même ce après quoi tu cours. A partir de ce moment là, ça ouvre des perspectives multiples et variées. La chance que j'ai jusqu'à présent c'est que j'ai jamais senti que jusqu'à présent j'ai senti que quand je proposais un truc, on m'a jamais fait trop mariné par rapport à des projets de disques. On va plutôt me dire ce serait bien que tu sortes un truc pas trop tard, que moi aller absolument raccrocher la veste des gens pour dire " quand est-ce que je sors un truc ?" donc c'est assez agréable comme sentiment et donc là aujourd'hui, y'a pas mal de pistes de ce fait là. L'intérêt de l'histoire va se faire sur des moments dans des disques, et pas sur un disque en particulier qui sera la panacée. Je crois très fort à mon talent mais plus du tout à mon génie. Et c'est très libérateur en fait.

T'es donc plus dans l'idée d'une super compilation en fait.
Oui toujours oui. Faire en sorte qu'il y ait des moments inscrits dans la mémoire collective d'un certain nombre de gens. Après la notion fondamentale, bon c'est bête à dire, mais c'est le plaisir. Je dis ça à chaque fois mais y'a aussi ce disque, cette autre arlésienne qui verra vraiment le jour je pense aussi, c'est le disque avec Oslo Telescopic. Lentement mais sûrement le truc avance. Enfin il est fini mais les histoires des sorties, c'est compliqué parce que je sors chez Lithium, et mois je suis en contrat maintenant chez Labels donc c'est des histoires d'arrangements, de contrats, donc c'est assez fastidieux donc ça retarde tout en fait et y'a cette histoire de compilation de trucs mais bon je vais pas sortir des trucs tout le temps. C'est-à-dire que l'idée de sortir un autre disque studio… je pense que je vais prendre mon temps. Je pense que je vais m'arrêter un petit peu et puis travailler beaucoup en amont en fait, avant de rentrer de nouveau en studio. A l'heure actuelle.

RT @sochaux_lapin: Billets déjà pris pour 2018 : A pour Dominique A, B pour @bellesglasgow et @phoebe_bridgers 😀 https://t.co/UdScfgKvaU
RT @BELMONTBOOKINGS: On April 15th @MrAdrianCrowley is opening a special sold out show of Dominique A. @CCertainsVivent at magnifique Cité…
Vivement Dimanche
© 2017 - Comment Certains Vivent