Concerts

Newsletter CCV

 

Dominique A - INTW - Saint Etienne

S : C'est vrai que ce soit sur scène ou à l'intérieur d'un disque, tu es très sensible à l'ordre des morceaux, à leur enchaînement, il faut toujours équilibrer parce que...

D A : Oui, parce que je pense qu'un mauvais concert comme un mauvais disque peuvent découler d'un ordre des morceaux, et tout l'état d'esprit -et de ton écoute, et de l'interprétation sur scène et de l'écoute pour les gens- va être influencé par l'ordre, c'est-à-dire pour Remué, pourquoi les gens l'ont pris de façon aussi frontale, c'est parce que les trois premiers morceaux sont Comment Certains Vivent, Pères, et Encore... Au départ je voulais commencer l'album par Exit, qui était nettement plus ouvert et en fait c'est Vincent qui a suggéré qu'on commence par Comment Certains Vivent, de façon à marquer une rupture très nette avec La Mémoire Neuve, et j'ai dit "oui, banco", et il m'a dit : "là, tu es en train de faire un truc qui va vraiment..." et donc ça, c'est extrêmement important, ce sont des choix qui influent après sur l'état d'esprit des gens par rapport à ce que tu fais...

S : Tu dis que tu voulais faire un peu le ménage, mais ce n'est pas avec trois titres live que vas t'en tirer comme ça...

I : Oui, on n'est pas très contents là ! (rires)

D A : Vous êtes pas contents ? (rires)

S : En ce qui concerne le live, tu dis que tu as enregistré beaucoup de choses en solo sur cette tournée...

D A : Ouais...

S : Est-ce qu'il va en sortir quelque chose ou bien c'est pour toi-même ?

D A : En fait, à part les deux titres d'Oslo et les deux titres genre Cloud Rain, le truc c'était d'écarter tous les inédits liés à Auguri, que ce soit le EP des Enfants Du Pirée, la K7 Une Femme Chante Sur Le Quai, ou les inédits qu'il y avait avec les premiers exemplaire d'Auguri parce que je me disais " c'est quand même un peu fort de café un an après, de venir refourguer sur un coffret au terme de rareté-inédit alors qu'on les balancés à peine un an avant", donc je les ai vraiment mis de côté en me disant qu'il ne fallait peut-être pas exagérer.

I : Pour le prochain coffret dans dix ans...

D A : Oui, pour le prochain coffret dans dix ans ! (rires)

S : La B.O., on vient de l'évoquer, c'est un autre travail, c'est quelque chose qui peut t'attirer ?

D A : Non.

S : C'est fini ?

D A : C'est fini... A part si c'est pour une copine, faire une chanson... Mais pour moi c'est un autre monde, et je ne me sens pas dans la peau du musicien, je suis vraiment auteur-compositeur, mais pas compositeur du tout...
A partir du moment où tu fais une B.O. instrumentale, j'ai une espèce de complexe qui fait que je me dis "je ne suis pas à ma place" et je suis dans un truc que je ne maîtrise pas, le rapport de l'image et du son, pour arriver à cela il faut avoir quelques connaissances musicales que je n'ai pas. Moi je suis dans l'instinctif, et bon je peux faire des trucs instinctivement, mais c'est plus mon état d'esprit qui me fait dire "je suis à 30% de ce que je pourrais offrir au film, parce que justement je n'ai pas les compétences pour le faire", c'est peut-être une fausse idée hein, il y a des gens qui se posent moins de questions tant mieux pour eux, mais moi je me pose ces questions-là.

I : Moi je voulais évoquer les collaborations avec Oslo Telescopic récemment, c'est un disque qui m'a bien plu...

D A : En fait, disons que ce n'est pas mon disque. J'ai fait le chant et c'est tout. S'il y a deux titres sur le coffret c'est à la demande de Lithium qui m'a dit : "Pourquoi tu n'inclurais pas, ça permettrait éventuellement d'orienter les gens vers le disque", parce que comme c'est un disque où il n'y a pas eu du tout de promotion, rien n'est gagné par rapport à ça. Je dirais qu'il y a une moitié de disque que je trouve très brillante musicalement et qui me permettait de rejoindre un esprit très live dans le chant. Une façon de chanter sur Hit hit hit ou une chanson comme Morse que j'ai volontiers en concert mais que jusqu'à présent par rapport à mes propres disques j'ai moins parce que là je ne me posais pas la question de la langue alors que sur mes disques je me pose toujours la question du français. C'est marrant parce que des fois j'ai une approche presque trop carrée et je trouve des fois l'idée que comme c'est sur un disque ça va être jugé ad vitam aeternam devant Saint-Pierre, qu'on va te demander des comptes par rapport à ça, et cette attitude-là je ne l'ai pas du tout quand je chante pour quelqu'un d'autre. Il y a une espèce de coquetterie dont il faudrait que je me débarrasse sans doute, donc voilà c'est le genre de trucs que j'aimerais être plus amené à faire par la suite.

S : Avec Oslo ?

D A : Non-non parce que là je pense que ça se suffit à soi-même. Pourquoi refaire ce qu'on a déjà fait une fois ?

I : Sauf avec Tiersen ou ça a été à répétition...

D A : Ouais-ouais, ça a été à répétition mais ça repose sur 3, 4 chansons (Les Bras De Mer, Monochrome, Bagatelle et Le Méridien sur lequel je fais les guitares)... Il faudrait aller plus loin par rapport à ça...

S : C'est une envie ?

DA : Par moments oui, mais pas une envie impérieuse comme ça l'a été parce que faire un disque avec Yann Tiersen aujourd'hui c'est pas si évident dans l'idée. Il y a des enjeux qu'il n'y avait pas avant. Les gens vont avoir des attentes qui font que ça peut être tétanisant. Toi tu peux vouloir faire de la musique entre copains et tu sais très bien que ce n'est pas le cas. Il y a une exigence d'écoute qui met un peu la pression et ce n'est pas forcément la meilleure façon d'entamer une collaboration. Ca se fera peut-être ou peut-être pas.

S : Des projets pour 2003 ?

D A : Je vais bosser. Il faut s'occuper ! Ce qui me motive c'est la peur de l'ennui. Qu'est-ce que je ferais d'autre ? Ecouter des disques, lire des livres, j'ai un sentiment d'inutilité flagrant, comme un type qui se retrouverait au chômage. Si je n'écris pas, j'ai le sentiment que tout s'est arrêté. J'ai l'impression que ça ne reviendra pas aussi. C'est-à-dire c'est provoquer l'inspiration pour faire en sorte de se rassurer. Ce qui me rassure en ce moment c'est que je me dis que j'ai 2, 3 morceaux, ils sont là, c'est une base pour autre chose et c'est ce qui fait que je vais continuer, le fait de se dire qu'il n'y a pas un moins par rapport à hier, je me dis "bon ça va, je suis toujours inspiré"

I : Tu as cette peur que ça te quitte un jour ?

D A : Non ce qui quitte ce n'est pas l'inspiration, c'est l'envie en fait je crois. Il ne faut pas avoir peur de ça. Si tu n'as plus envie... C'est le métier du désir par excellence. Tu ne renvoies que ton désir. Si le désir est fort et si tu l'as bien enrobé dans un joli papier argenté les gens le reçoivent bien. Si ton désir est moins fort, les gens le ressentent ou alors ils se laissent tromper un petit peu mais ça ne dure pas très longtemps. Si je ne faisais pas ça je ne pourrais pas vivre.

I : Tu ne te verrais pas faire autre chose ?

D A : Si, mais il fallait que je fasse ça aussi, après en faire son métier c'est autre chose

S : Tu as une idée de la direction que tu vas prendre ?

D A : Non pas précise... un gros morceau ambitieux, une grosse pièce montée pas forcément en termes de durée, mais un truc imposant qui vise pas forcément l'efficacité à tout prix. J'ai envie d'un truc qui soit un peu plus corsé qu'Auguri dont j'estime qu'on peut faire le tour en trois écoutes. Le travail préparatoire sera beaucoup plus long, il y aura beaucoup d'essais. J'aimerais bien dans l'idéal ne pas trop jouer sur mon disque en fait. Etre plus chef d'orchestre... d'avoir un travail d'écoute, en fait de faire pour moi ce que je pourrais faire pour d'autres gens, d' écouter les bandes, d'avoir aussi des chansons très écrites mais de me laisser déborder par les idées des gens tout en partant des chansons. En ce moment je joue sur scène Le Dernier Couché que je vais faire sans doute sur disque mais qui en l'état est une ébauche qui n'a rien à voir avec ce qu'elle pourra être...

 

 

Rendez-vous le 24 mars à @lasirene17 de La Rochelle pour le coup d’envoi de la tournée de Dominique A. Plus de 20 d… https://t.co/ZKEvqA6GoM
19hreplyretweetfavorite
Dominique A en tournée ce printemps, dans la foulée de la sortie de l’album « Toute Latitude ». #joiehttps://t.co/ImQuyPTfpN
22hreplyretweetfavorite
Double actualité en 2018 pour Dominique A avec la sortie le 9 mars de Toute Latitude (enregistré en groupe), suivi… https://t.co/yDLXhmjieX
© 2017 - Comment Certains Vivent