Concerts

Newsletter CCV

 

Fedaden : de Vangelis à Dominique A
Fedaden est un musicien qui depuis son appartement toulousain arpante les possibilités que lui donne son ordinateur en terme de création musicale. De Dominique A (avec qui il collabore le temps du titre Danseur inutile) à Vangelis, il apparaît que sa musique n'est pas si figée dans les "0 et les 1". L'envie de s'ouvrir à un horizon musical plus vaste prendra peut-être un jour le dessus. Pour l'heure sort Broader, superbe troisième album. L'occasion pour nous de lever le voile avec lui sur certaines idées reçues sur l'electronica.



Broader Quel est ton parcours musical ?
J’ai commencé mi-90 à faire des trucs dans ma chambre avec des synthés, des boîtes à rythme. Tout jeune j’ai toujours eu un intérêt pour la musique électronique et la musique plus généralement. C’est devenu un peu plus sérieux en 2002-2003, en faisant des démos. Et avec le projet Del Wire avec Cisco, on cherchait un label et on a rencontré Olivier de Nacopajaz et il nous signé. On a fait un maxi en 2003, puis l’album de Del Wire en 2004 puis j’ai enchaîné sur le projet solo Fedaden. Le premier album est sorti en 2005 (Fedaden), le second a suivi en 2007 (Palabars). Et puis récemment un maxi est sorti en avril (Verdad) avec des remixs de Kelpe, Ghislain Poirier, le japonais Aus, et le marseillais Vompleud. Et puis voilà Broader sort ce lundi.

Fedaden Donc ça va comment ? Pas trop de décalage entre l’écriture et la sortie de l’album ?
Le gros a été fait entre 2007 et fin 2008, même si il y a des choses plus anciennes, mais j’assume complètement mon album. Je suis assez content même. Mais c’est vrai que le délai pour sortir l’album peut paraître long, surtout dans les petites structures.

Ça peut-être le cas dans les grosses écuries aussi.
Oui, oui. Mais c’est vrai qu’il peut y avoir un petit côté frustrant parce que toi tu as fini les morceaux et puis tu attends presqu’un an pour que ça sorte. Mais bon il faut que le label travaille le disque, fasse la promo. C’est normal.

Tes premiers souvenirs, ce sont des souvenirs de musique électronique ?
Vangelis Oui c’était à la maternelle, et c’était Vangelis avec La petite fille et la mer. Ce n’était pas purement électronique, mais c’est vraiment quelque chose qui m’a marqué. Mes parents écoutaient un petit peu de musique. Par contre mes deux grands frères m’ont fait passer leur culture musicale, l’un avec des choses rock et blues, et l’autre avec la new-wave et quelques trucs électroniques aussi. Ca faisait une bonne base pour faire sa propre culture musicale.

Du coup tu placerais Broader comment dans ton cheminement ? Une suite logique, un projet complètement détaché ?
Je le placerai comme une suite logique de mon travail de ces cinq dernières années, d’ailleurs plus dans la lignée du premier album que du second qui était une escapade ambiant « expérimentale ».

Tu sens que c’est une étape en plus, la fin d’un cycle ?
La fin d’un cycle, non, je ne dirais pas ça. Le travail, l’inspiration sont en perpétuelle évolution, alors forcément ça t’amène ailleurs. C’est une évolution en terme de mastering et surtout de production. Il y a encore plus de mélodies que sur le premier album. J’utilise de moins en moins de samples, et si j’en utilise quelques-uns, ils sont vraiment triturés dans tous les sens. Y’a pas un seul morceau qui est basé sur un échantillon. C’est tout du synthétiseur, avec quelques sons acoustiques retraités par-ci par-là. Ça s’entend d’ailleurs pas trop non plus.

Rendez-vous le 24 mars à @lasirene17 de La Rochelle pour le coup d’envoi de la tournée de Dominique A. Plus de 20 d… https://t.co/ZKEvqA6GoM
7hreplyretweetfavorite
Dominique A en tournée ce printemps, dans la foulée de la sortie de l’album « Toute Latitude ». #joiehttps://t.co/ImQuyPTfpN
10hreplyretweetfavorite
Double actualité en 2018 pour Dominique A avec la sortie le 9 mars de Toute Latitude (enregistré en groupe), suivi… https://t.co/yDLXhmjieX
© 2017 - Comment Certains Vivent