Concerts

Newsletter CCV

 

Interview Gekko

Yvan : Il y a un autre coté dans l'album qui est un peu électronique notamment sur la fin et les titres bonus, c'était une proposition ? une demande ?

Dominique A : Ca c'est jean qui a fait ça sur les instrus en fait.

Jean Lamoote : Tout ce qui est électronique en fait c'est du naturel bidouillé, soit ralenti soit traité.

Jean-Louis Solans : C'est que des trucs qui sont issus des séances de l'album.

Jean Lamoote : C'est que de la matière acoustique vraiment enregistrée. Electronique ça me fait bizarre que l'on me dise ça en fait, pour moi c'est pas électronique, c'est plus organique que électronique.

Dominique A : Oui, mais même dans les chansons, il y a beaucoup de base électronique mais qui sont des couches derrière.

Jean Lamoote : C'est vrai c'est vrai.

Dominique A : Donc ça ressort quand tu en fais des versions instrumentales, c'est vrai que moi non plus je ne le ressent pas comme un truc électro mais c'est vrai qu'il y en a déjà pas mal au départ moins à la fin parce que il y avait Simon et Martin et que l'on a refait vachement de trucs qui étaient sur machine ou avec des sons re-joués ...

Jean lamoote : Oui et puis tant que l'on n'avait pas enregistré l'orchestre on ne pouvait pas se rendre compte vraiment de l'ampleur que ça aurait, enfin si Arnaud ...

Arnaud Devos : Oui je savais.

Jean Lamoote : Mais pour nous c'est vrai que c'est toujours dur d'imaginer comment ça va être, ne serait ce que si la pièce est grande ou petite ça change les choses.

Arnaud Devos : Si l'orchestre est bon ou pas ... on a eu beaucoup de chance parce qu'ils sont vachement bons, Sofia c'est vraiment un très haut niveau, donc ça aussi c'était un petit peu une angoisse de savoir comment aller sonner ce que l'on avait écrit.

Yvan : Vous disiez que vous n'aviez pas écouté les précédents albums et pourtant il y a des titres que l'on pourrait retrouver sur Remué, c'est dû à des directions qu'a données Dominique ?
 

Jean-Louis Solans : C'est sûrement dû aux compos de Dominique.

Dominique A : C'est marrant parce que il y a vraiment un morceau, c'est le "Départ des ombres" c'est assez proche de Remué.

Yvan : "Bowling" aussi dans la rythmique.

Dominique A : Tu vois là dessus je ne suis pas du tout intervenu, sincèrement.

Yvan : C'est vraiment étonnant.

Dominique A : Surtout sur "Le départ des ombres", quand je voyais les arrangements je me disais "Putain c'est fou quoi" alors que je ne donnais aucune direction.

Yvan : Est ce que vous avez une façon de travailler différente en fonction de l'écriture ? est ce que vous travaillez sur le sens des paroles des chansons ?

Arnaud Devos : ah oui, c'est la première chose que l'on essaye d'analyser, enfin d'analyser c'est beaucoup dire (rires), enfin on s'en imprègne. C'est déterminant pour la couleur, l'atmosphère.

Arnaud Devos : L'atmosphère dégagée par le texte ou la mélodie ça t'emmène vers quelque part.

Yvan : Ce qui peut un peu expliquer "Bowling", "La retraite à Miami" " Inuktitut " qui sont vraiment ...

Arnaud Devos : Des choses très différentes, oui c'est ça, et puis en plus à l'intérieur d'un même morceau on peut aller d'une chose à l'autre, on peut avoir envie de souligner quelque chose ou au contraire d'être complètement en contre pied, ça c'est vraiment par rapport au texte et à la mélodie, à mon sens c'est indissociable.

Dominique A : Il y avait des fois je me souviens quand vous me faisiez écouter, il y avait des moments qui soulignaient tels passages ou alors des moments qui étaient bien et qui auraient pu souligner un autre passage et ça sans arrêt et je me suis rendu compte que plein de fois, je vous ai dis "tiens là ça c'est bien" sur tel moment sur tel mot et en fait, plus ça avançait, je me trompe peut être, mais j'avais l'impression qu'on était de plus en plus dans un truc des fois- pas tout le temps- d'illustration de certaines phrases et ça c'était vachement bien en fait. Le coté il y a une histoire et tu soulignes certains effets, par rapport aux mots, alors soit c'était un truc que Jean-Louis et Arnaud avaient fait en connaissance de cause, soit c'était un hasard, je sais plus il y avait une histoire de break sur "Tout Sera Comme Avant" ... je crois que ça, ça enrichit vachement les chansons, surtout quand les arrangements sont si évolutifs.

Arnaud Devos : C'est vrai que c'est aussi quelque chose que nous on aime bien, ce côté cinématographique, paysages sonores qui passent d'un truc à l'autre où on peut imaginer plaquer des images ou se raconter une histoire, depuis toujours on a été passionnés par ça, toutes nos musiques, en général si on peut trouver un fil rouge à travers ce que l'on fait c'est un peu ça.

Yvan : Et pour cet album c'était quoi le fil rouge ?

Arnaud Devos : C'est ça, pour chaque titre essayer d'imaginer comme une musique de film à la limite, c'est à dire, enfin c'est un peu exagéré, en tout cas de typer énormément comme au cinéma on peut typer une scène même si on voit rien avec des klaxons de bagnole alors que ça se passe à l'intérieur, on entend plein de circulation derrière, bon bah on se dit : on est dans une ville surpeuplée et il est 6 heures du soir (ndlr : interview réalisée à Paris vers 18h00 et en prêtant l'oreille vous entendrez les klaxons...) et c'est le merdier, et c'est un peu ce genre de démarche- transposé en musique- que l'on peut avoir.

Double actualité en 2018 pour Dominique A avec la sortie le 9 mars de Toute Latitude (enregistré en groupe), suivi… https://t.co/yDLXhmjieX
RT @sochaux_lapin: Billets déjà pris pour 2018 : A pour Dominique A, B pour @bellesglasgow et @phoebe_bridgers 😀 https://t.co/UdScfgKvaU
RT @BELMONTBOOKINGS: On April 15th @MrAdrianCrowley is opening a special sold out show of Dominique A. @CCertainsVivent at magnifique Cité…
© 2017 - Comment Certains Vivent